On aime

Oui, j’aime El-Ançor !

Aimez-vous El-Ançor ? Aimez-vous votre village ? Vous n’avez pas le choix, la réponse est obligatoirement « oui » ! Les mille raisons, et plus, d’aimer El-Ançor…

J’aime El-Ançor parce que j’y ai vu le jour et que c’était déjà un bon début.

J’aime El-Ançor parce que c’est le premier village que j’ai connu.

J’aime El-Ançor. J’aime d’où je viens. Je n’aime pas tourner la page.

J’aime El-Ançor pour cette époque formidable que j’y ai vécue.

J’aime El-Ançor, parce que je porte un nom bien de là-bas.

J’aime El-Ançor parce que El-Ançor c’est ma madeleine à moi.

J’aime El-Ançor parce que c’est là-bas que sont mes racines.

J’aime El-Ançor, oui. Où est le problème ?

J’aime El-Ançor parce qu’El-Ançor habite, depuis toujours, mes rêves les plus doux.

J’aime El-Ançor pour la couleur des mots qu’on m’y a enseignée.

J’aime El-Ançor à cause de mes trous de mémoire.

J’aime El-Ançor pour les paniers remplis d’oursins des Corailleurs. Je n’aime pas les paniers de crabes de partout tout ailleurs.

J’aime El-Ançor pour les beaux discours que j’y ai entendus. Je n’aime pas la grande foire de l’intox.

J’aime El-Ançor pour la route des Andalouses. J’aime beaucoup moins les chemins de l’exil.

J’aime El-Ançor et les hommes qui l’ont fait, au fil des années. Je n’aime pas ce qui se fait en un jour.

J’aime El-Ançor, oui bien sûr, mais je voudrais tant m’en souvenir…

J’aime El-Ançor parce que je suis sûr de pouvoir y retrouver le goût des choses perdues.

J’aime El-Ançor parce que pour moi, c’est le plus beau village du monde.

J’aime El-Ançor pour mes illusions qui perdurent.

J’aime El-Ançor parce que c’est là que j’avais mes meilleurs copains.

J’aime El-Ançor parce que je ne sais faire que ça. Retenez-moi ! Merci.

J’aime El-Ançor parce que quand nous nous sommes vu, El-Ançor et moi, on s’est de suite plu énormément, même si un jour, on s’est un peu quitté.

J’aime El-Ançor parce que je suis de là-bas, mais j’aimerais juste apporter un bémol : j’aime aussi ici, parce que j’y suis.

J’aime El-Ançor parce que j’ai quelques secrets de jeunesse que j’y ai laissés, là-bas, en partant.

J’aime El-Ançor parce que nous avons un long passé en commun, même si, pour moi c’est un passé qui n’arrive pas à passer.

J’aime El-Ançor, mais ne le dites à personne, c’est un secret.

J’aime El-Ançor, mais je reste inconsolable de l’avoir quitté si jeune.

J’aime El-Ançor, bien sûr, parce que je l’ai bien connu. Là-bas, j’étais chez moi comme nulle part ailleurs depuis.

J’aime El-Ançor parce que mes souvenirs, il faut bien qu’ils servent à quelque chose.

J’aime El-Ançor parce qu’on n’en guérit jamais, paraît-il.

J’aime El-Ançor parce que, pour moi, le village était une fête quotidienne et que j’en garde tous ses flonflons.

J’aime El-Ançor parce qu’autrefois c’était un village d’où l’on ne s’en allait jamais.

J’aime El-Ançor parce que pour moi il est resté intact, dans le grenier de ma mémoire, tel que je l’ai connu.

J’aime El-Ançor parce qu’il y a toujours eu de tout : montagne et mer, chasse et pêche, foot et boule, anisette et kémia, longanisse et morcilla, tomate et raisin et vers la fin : valise et bateau.

J’aime El-Ançor, mais à part ça tout va bien.

J’aime El-Ançor parce que, chaque fois que j’y pense, j’ai la mémoire qui se branche.

J’aime El-Ançor, oui ! La faute à qui ? A mes parents, qui me l’ont fait aimer.

J’aime El-Ançor parce que j’ai toujours mon œil dans le rétro et que j’ai, surtout, mine de rien, mon cœur à l’envers depuis notre départ sans retour.

J’aime El-Ançor parce que c’est un endroit que je connais bien. Mais je n’ai plus droit au chapitre.

J’aime El-Ançor parce que je suis un enfant de ce pays perdu.

J’aime El-Ançor, un point c’est tout. C’est une question de principe, quand j’aime, j’aime !

J’aime El-Ançor parce que c’est quelques fragments de mon existence font partie des ombres de mon passé.

J’aime El-Ançor, parce que… Parlons franchement, c’est chez moi. Je suis une plante de là-bas et j’y ai toutes mes racines.

J’aime El-Ançor parce que j’en parle tous les jours et parce que j’aime en parler.

J’aime El-Ançor parce que j’en ai gardé quelques impressions fortes et indémodables de cet endroit-là.

J’aime El-Ançor parce que je suis toujours resté d’une grande naïve.

J’aime El-Ançor. Nada mas !

J’aime El-Ançor parce qu’on m’a dit qu’un jour mon Prince y viendra, directement par la route des Andalouses.

J’aime El-Ançor depuis toujours, comme j’aime les nouilles et la guimauve depuis longtemps, mais je ne sais pas pourquoi ?

J’aime El-Ançor en direct live, un peu moins en différé, remastérisé  et sous-titré.

J’aime El-Ançor parce que c’est la moindre des choses d’aimer son village de naissance, non ?

J’aime  El-Ançor parce que, dans le temps, c’était comme ça, on aimait l’endroit où on vivait. Mais par la suite, Dieu a créé d’autres endroits.

J’aime El-Ançor, parce que pour moi je pensais que le futur avait de l’avenir, là-bas.

J’aime El-Ançor parce que je l’ai toujours aimé, mais je sens que ça ne va pas durer.

J’aime El-Ançor parce que je le côtoyais tous les jours, autrefois. Mais il se fait rare depuis un moment.

J’aime El-Ançor parce que j’aime les saveurs d’époque. Je n’aime pas les parfums de nostalgie.

J’aime El-Ançor et son parlé, mais je n’aime pas les langues trop bien pendues.

J’aime El-Ançor et le temps de mes bêtises. Je n’aime pas l’année où tout a basculé.

J’aime El-Ançor parce que c’est beau comme l’antique d’aimer autant un endroit comme ça qui appartient au passé.

J’aime El-Ançor parce que c’est l’endroit où j’y ai fait mes premiers pas.

J’aime El-Ançor parce que c’était mon royaume.

J’aime El-Ançor parce que c’est un endroit qui avait tout pour me plaire.

J’aime El-Ançor parce que j’y ai mis très longtemps à y devenir jeune.

J’aime El-Ançor parce que, pas loin, aux Andalouses, il y avait la mer à voir.

J’aime El-Ançor parce qu’on y mangeait de la charcuterie fine.

J’aime El-Ançor parce que quand j’aime c’est pour toujours.

J’aime El-Ançor parce que El-Ançor le valait bien.

J’aime El-Ançor parce qui si être né quelque part est toujours un hasard, le hasard faisant bien les choses, je suis né à El-Ançor.

J’aime El-Ançor parce que l’endroit était des plus fréquentables et très bien fréquenté.

J’aime El-Ançor parce que les nuits étaient douces, le coucher douillet et la soupe délicieuse.
J’aime El-Ançor parce que les nuits étaient à nous.

J’aime El-Ançor parce que c’est le seul endroit où Hemingway n’est jamais venu se prendre une cuite. Il y avait trop de concurrents !

J’aime El-Ançor parce que tout était différent.

J’aime El-Ançor parce que c’est élémentaire, mon cher Watson.

J’aime El-Ançor parce qu’il n’y aura jamais qu’un seul El-Ançor.

J’aime El-Ançor et si c’était à refaire, j’y réfléchirais à deux fois.

Les commentaires sont fermés.