L’El-Ançorien

À El-Ançor, on parlait plusieurs langues en même temps : un peu de français, un chouïa d’arabe, y mucho mas de valencien et de castillan andalou. Ce mélange nous a donné le « tchapourlao » .

Abouler (v.) – Donner. « Allez, vas-y ! Aboules ce que tu me dois ! »

Aboutonner (v. tr.) - Action de boutonner. « Arrégardez-moi un peu comment t’y aboutonne ta chemise, toi ! »

Abaisser (v.) – Baisser. Réduire. « Abaisse-moi un peu le son que j’ai les oreilles qui raisonne comme des timbales ! »

Achpète (interrog.) - Attendre. « Achpète un peu, oh ! T’ié pressé, ou quoi ? »

À coscolette (expr.) – Sur les épaules. « On se descend la rue de l’Eglise à coscolette et on se la remonte à bouriguette, si tu veux ! »

À force à force (expr.) – A la longue.

Ada makane (interj.) – Voilà tout. « Y’a rien de bien dans ce fourbi que des allumettes estropiées et ada makane ! »

Adious ! (interj.) - Marque l’arrivée d’un événement fâcheux. « Adious ! Le sousto que tu m’as fait ! Que t’ié fou ou quoi ? »

Ah, baba ! (interj.) - Exprime la surprise. « Ah, baba ! C’est quoi qu’y a ? La mort du petit cheval, ou quoi ? »

Aïwoua ! (interj.) - C’est pas possible !

Ajbed Miloud ! (exp.) - Attaque ! « Ajbed Miloud ! Vas-y ! Donne-lui sa mère ! »

Akarbi ! (interj.) – La vérité !

À quand ess ? (exp.) – Quand une prochaine fois ? « À quand ess qu’on se voit ? »

À la mords-moi le nœud (exp.) – N’importe comment. « Tu me fais une passe à la mords-moi le nœud, que même Di Stefano il marque pas sur ce coup-là ! »

À la 6-4-2 ! (expr.) - N’importe comment. « Bô, bô, bô ! À la 6-4-2, tié habillé toi, aujourd’hui, ma parole ! »

Almuerzo ( n. m.) – Casse-croûte. « Un péasso de rate bien grillée pour l’almuerzo et un basso de vino, que moi ça me suffit ! »

Alatche (n.f.) - Grosse sardine. « Rien, ni personne. Oualou ! Pas même la queue d’une alatche à cette surboum ! »

Anda (interj.) – Vas-y ! Aller ! « Anda ! Fais voir ton laisser passer, monigotte ! »

Antésite (n.f.) - Sirop de réglisse.

Aouah (interj.) – Penses-tu! « J’ai beau essayé de lui faire fermer sa bouche, à c’lui là, aouah ! Y’a pas moyen, mon frère ! »

Aoua limon (n.f.) – Citronnade givrée. «  Tu crois quoi, toi ? Mon aoua limon, c’est la plus bonne contre la soif. Et en plus, la glace de la glaciaire, elle est beaucoup moins fraîche ! »

Aouela (n.f.) – Grand-mère. La vieille. «Aïe, aïe, aïe, ma fille ! Que tu es devenue une vraie aouella ! »

Aouellica (n.f.) - Petite grand-mère ou fleur à clochettes. « Dis tu viens un peu avec nous, qu’on va se cueillir quelques aouellicas, aux Pinicos ? »

Aouéllo (n. m.) – Vieux grand-père. «  Pos ma parole, l’aouéllo ! Comment que tu te tiens l’oreille fine ! Bah ! bah ! bah !»

Aouf (adv.) - Gratis. « Oh, dis ! Tu veux te faire payer ton verre, aouf ou quoi, toi ? »

Anerrière (expr.) – En arrière.

Anisette (n. f.) – Apéritif anisé. « Tout autour de la Place de l’Avenir, y’a comme une bonne odeur d’anisette qui flotte dans l’air, n’est-ce pas mon Adjudant ? »

Antésite (n. f.) - Concentré à base de réglisse. « Dix gouttes, pas plus, d’antésite anisé dans un verre d’eau bien fraîche, que moi la soif, je te l’enlève ! »

Arapette (n.f.) – Mollusque. « Allez ! Lâche-moi un peu, va ! Accroché comme tu es, on dirait une vraie arapette ! »

Aregarde-moi bien (exp.) – Ouvre bien les yeux. «  Aregarde-moi bien partout, sous les rochers, des arapèdes collées il y en a des paquets ! »

Arrea (v.) – Avancer. « Arrea, letche ! Que sinon je te marche dessur ! »

Arroua Mena ! (interj.) – Viens ici ! « Arroua Mena, donne-donne un coup de main, que la vaisselle, elle va se faire toute seule ! »

Assaoir ! (exclam.) – Va savoir !

Aspéra (v.) – Attendre. « Oh ! Dis ! Ne sois pas pressée comme ça, aspéra un peu ! »

Asquéroso (n. m.) – Dégouté et difficile. « Va, va ! Mira qué asquéroso que t’y es pour un fils de tomatero! »

Assogué (n. m.) - Ne pas tenir en place. « Que à la Sotac, je suis tout assogué d’attendre le car qui oublie d’arriver ! »

Assousté. (exp.) – Apeuré.

Attontao (n. m.) - Idiot.

A toute blinde (expr.) – A toute vitesse.

Aussinon (interj.) – Ou bien. « Arrête un peu, de me casser les pieds, aussinon, je te romps la tête en deux ! »

Avancer en arrière (exp.) – Reculer. « Va ! Va ! Va s’y avance en arrière, avance en arrière encore, encore… »

Aviisse (excl.) - Annonce.

Avoir le gousto (exp.) - Éprouver une envie, une attirance. « Pluss j’ai le gousto pour les torraïllos, pluss que j’en mange, dis ! »

À voir si (exp.) – Voyons. «  À voir si le car il tombe en panne ! À pied qu’il va falloir marcher jusqu’au village, tché ! »

Aye ! (interj.) - Souvent en début de phrase. « Aye ! Que bien que tu parles ! »

Aye , aye, aye (interj.) – Exprime le désarroi. «  Aye, aye, aye, qué malheur, si c’est possible qu’une catastrophe pareille, elle me tombe sur la tête ! »

B.A.O. (n. pr.) – Brasserie Algérienne à Oran. «  Une BAO bien fraîche ! »

Ba, ba, ba ! (exp.) – Expression admirative.

Bacalao (n. m.) - Morue. Rien du tout, que dalle. « Pos, je croyais que le diplôme il me le donnait, total : bacalao ! nada ! »

Baedjo (n. m.) – Morue valencienne.

Bagali (n. m.) – Boue, bouillasse. « A regarde-moi un peu le bagali que tu m’as mis dans le couloir, à aller sans arrêt dehors ! »

Ballon-prisonnier (n. m.) - Jeu de ballon. « Lulu, devant l’Eglise, au ballon-prisonnier rien que les jambes des filles, il visait ! »

Barato (exp.) - Bon marché.

Barranco (n. m.) – Ravin.

Basso de vino (exp.) – Verre de vin.

Baya (interj.) – Tiens donc ! Eh, bien ! Allons donc ! «Baya ! Et où tu veux que je m’assoye ? Le parterre, il est pas à toi, que je sache ! »

Beleck (adv.) – Peut-être. « Beleck que demain je vais au Barranco la Mora ! »

Bessif (adv.) – Par force. « Ce caoua, amer ou pas amer, bessif, tu me le bois, fissa ! »

Bezef (adv.) - Beaucoup. «Dans ta bouche, les mots y’en a bezef, mais les actes, y’en a oualou, ou pas bezef ! »

Bignuélos (n.m.) – Beignets. « Que Mémé, elle m’en faisait des bignuélos, qu’ils étaient les meilleurs que je n’ai jamais mangé ! »

Bilotcha (n.f.) - Cerf-volant. « Il te faut quoi pour ta bilotcha ? Un peu de farine et d’eau pour faire ta colle. Des roseaux et du papier cristal multicolore… Et du vent ! »

Binagate (n.f.) – Bille en verre (agate). « Ma binagate, elle compte pluss que les z’autres et elle grosse comme l’œil d’la vache à Bergernine ! »

Bintze (exp.) - Bazar. Bordel.

Biscayen (n.m.) – Grosse bille.

Bisoutche (n. m.) – Celui qui louche ou voit qui voit double. « Re’ar moi le, un peu cuilà ! Ses yeux, y s’coisent les bras, on dirait ! »

Bitcho (n. m.) – Enfant insupportable. «  Quel bitcho mallo tu fais, toi alors , tu sais! »

Blanda (n. f.) – Molle.

Blando (n. m.) – Mou.

Blanquicos (n.m. plur.) – Petits boudins blancs. « Oh, Patacaoutcho ! T’oublies pas de mettre la muscade et la cannelle dans les blanquicos, avant de bien remuer ! »

Blofa (n. f.) – Mensonge. Bluff. « C’est la plus grosse blofa qu’on a entendu depuis que le village existe ! »

Bloffeur (n. m.) – Menteur.

Boféta (n. f.) – Gifle, baffe. « Je te préviens une dernière fois, que si tu te tiens pas plus tranquille, toi, une boféta t’ias droit ! »

Bola (n.f.) - Mensonges, histoires. «  Eh, dis, toi ! T’as pas un peu fini de me raconter toutes ces bolas, que je ne les crois même pas ? »

Bolitche (n. m.) - Pêche à la traîne. « Le plus que tu peux voir comme poisson frais qui frétille, c’est quand ils tirent le bolitche, aux Andalouses ! »

Bolosso (n. m.) - Menteur.

Bomboilla (n. f.) – Bosse. « Boulliou ! Purée la bamboilla que ti ai sur la tête, que le coup il a sans doute pas était donné de main morte ! »

Borratchéra (n. f.) – Ivresse. Cuite.

Borratchon (n. m.) – Ivrogne.

Borrégo (n. m.) – Agneau, nigaud, naïf.

Botcha (n.f.) – Coup. « Je t’y donne botcha, que après comment t’y vas rigoler ! T’y vas voir ! »

Boudjadi (n.m.) – Novice. Naïf. « Oh, dis ! Arrête ton cinéma, tu me prends pour un boudjadi, ou quoi ? »

Bouffa (n.f.) – Gueuleton festif ou cuite carabinée. «  Bah ! Bah ! Bah ! Qué bouffa, il se tenait le Boutija ! Que la rue de l’Eglise, il n’arrivait même pas à se la remonter ! »

Boulitche (n.m.) – Cochonnet. « Que tu nous le jette un peu ton boulitche, tché ! Qu’on la commence cette partie et qu’on se la finisse ! »

Bourricot (n.m.) – Âne. « Toi alors, ma parole mais t’ié têtu, pluss qu’un bourricot ! ».

Bourriguette (loc. adv.) – A califourchon. « Et en plus, tu voudrais des fois, pas que je te porte à bourriguette, jusqu’à chez toi, non ?!? ».

Boutifarra (n.f.) – Gros boudin. « Nini et Fanfan, mieux que personne, la boutifarra ils te la font au kilomètre ! »

Boutijosso (n.m.) – Bègue. « Je vais pas te répéter trois fois les choses, que après, tu vas aller dire par tout que je suis un boutijosso ! »

Bovo (adj.) – Imbécile. « Arrête un peu, va, de faire le bovo, là ! Que ti t’entends pas parler, ou quoi ? »

Bromas (n.f. plur.) – Blagues. « Que si tu crois qu’on va se les croire toutes ces bromas que ti raconte ! Alors, là , tu nous prends pour des brêles! »

Bromètche (n.m.) – Appât ou amorce, au sens propre et figuré. « Garde ton bromitche, vas ! Que celle-là qui passe, elle vaut même pas la peine que tu lèves un œil sur elle ! »

Bunuelos (n. m. pl.) – Petits beignets.

Cabanon (n.m.) – Petite maison en bois au bord de la mer. «  Sors ! Sors un peu de ton cabanon, que tu vas t’étouffer, là dedans ! »

Cabasette (n. m.) - Petit panier pour le pique-nique. « Tu as quoi dans ton cabassette de la mouna et puis quoi ? »

Cabésoté (n. m.) – Quelqu’un de têtu. « Çui’la ! Il est encore le pluss cabésoté que le pluss cabésoté de tous les cabésotés ! »

Cacamonies (n. m. plur.) – Décalcomanies.

Cacharoulo (n. m.) – Ustensile de cuisine usagé. «  Tu me les jettes au ravin tous ces cacharoulos. Et puis toi, avec, hein ! »

Cagaillon (n.m.) – Petit merdeux.

Cagate (n. m.) – Bêtise merdeuse. «  Mon Dieu ! Quelle cagate ti a encore fait ! Pluss que la dernière fois encore ! »

Cagna (n. f.) – Chaleur du soleil.

Cagnard (n. m.) – Chaleur du soleil.

Cagnettes (n. m. pl.) – Jambes toutes maigres. « Aya ! Les cagnettes qu’elle a celle-là ! Chez Olida, elle fait tchouffa ! »

Cagon (n. m.) - Merdeux.

Caguer (v.) – Déféquer.

Caguette (n. f.) – Colique frénétique. Chiasse.

Cahouète (n. m.) – Rapporteur et mouchard. « Petit cahouète, vas ! Tu ferais mieux de te taire et de ne pas trop la ramener ! »

Calamar (n.m.) – Encornet ou calmar. « Espèce de calamar à la gomme ! Qu’est-ce que t’ia fait encore ? »

Calbo (n.m.) – Chauve. «  Holà là ! Qu’est-ce que t’iai calbo, toi ! Chez Quico, c’est pas la peine que t’y aille, dis ! »

Calbote (n. m.) – Coup . «  Je t’attrape, toi, je te colle un calbote que ta tête elle va tourner toute seule autour du col, sans le toucher ! »

Caldéra (n. f.) – Chaudron.

Caldéro (n. m.) – Riz au poisson.

Calentica (n. f.) – Flan de farine de pois chiches. « Calentiii…ca ! Qui c’est qu’y en a pas de ma calentiii…ca ? »

Camisette (n. f.) – Chemise.

Capasso (n.m.) – Grand panier. Couffin. « Vas-y, mets tout dans le capasso. On prend la route et on s’en va ! »

Capable (n. et adj.) – Quand on frise l’excellence. « Toi, chapeau ! T’ié un grand capable, je reconnais ! »

Capuson (n. m.) – Plongeon. « A courir derrière lui, t’ia vu un peu, ce capuson que je me suis pris ?!? »

Caracolès. (n. m. pl.) – Escargots.

Carajillo (n. m.) – Café à l’anisette.

Caretilla (n. f.) – Pierre à pétard.

Carrico (n. m.) – Petit chariot à roulement à billes. «  Que des carricos comme cuilà, même Fangio il n’en a pas ! »

Carroutcha (n. f.) – Toupie renversée.

Casquer (v.) - Payer. « Rien que casquer que je fais à la tournée des bars ! Que je suis à sec, hijo ! »

Casser les papiers (exp.) – Rompre. «  Oh ya ! Te casses pas la tête ! Casses plutôt les papiers avec cette fille, là ! Y basta ! »

Cassouéla (n. f.) – Fêtard bon à rien. «  Comment il faut te le dire, à toi ? T’es un bon à rien, une vraie cassouela ! »

Castagne (n. f.) – Marron ou châtaigne. «  C’est la castagne que tu veux, dis ? Que je te fais la bouche en sang, avec le nez comme un beignet ! »

Castiguo (n. m.) – Fatigue. « Aïe ! Qué castiguo dé magnacos ! »

Catcharro (n. m.) – Ustensile en ferraille, en mauvais état. « Chez Madame Ruiz, on a chanté en chœur, tous comme des catcharros ! »

Cataplasme (n. m.) - Chique molle ou remède pour guérir rhume et bronchite. «  Que ce cataplasme de goal pour dégagé le ballon plus lent que lui, t’y en a pas en réserve ! »

Catelfa (n. f.) – Nombreux. Beaucoup. « Purée, mais vous êtes combien dans cette famille ? Une catelfa, ma parole ! »

Ceuss (pronom) – Ceux.

Chacarillo (n. m.) – Dicton.

Chacun se la répelle (exp.) – Chacun se débrouille. « Ici, entention ! Chacun se la répelle, comme un grand ! »

Chaîne (n. f.) – Fille d’attente. «  Tu crois pas, quand même, que je vais faire la chaîne pour avoir une place de cinéma, avec la patience que j’ai ! »

Ch’allah (interj.) – Si Dieu veut ! Inch Allah ! «  Si le beau temps, il dure, ch’allah la fête elle va être belle ! »

Chanter Manon (expr.) – Rouspéter. « Si je te fais goûter l’anisette que mon père il a faite, ma mère elle va me chanter Manon ! »

Charrier (v.) – Baratiner. « Et celle-là ! J’ai déjà essayé de la charrier, au moins une fois, aouah ! Y’a rien à faire ! »

Châtaigne (n. f.) – Secousse. «  Tu vas te prendre une châtaigne, toi, que tu vas pas trop aimer ça ! »

Chibani (n. m.) – Vieux. « D’accord, d’accord ! J’ai pris de l’âge, mais je suis très loin d’être un très vieux chibani ! »

Chichi (exp.) – Faire des manières.

Chichi (n. m.) - Beignet. Churro. Taillo.

Chichigomme (n. m.) – Chewing-gum. « Que viens avec moi, que je te montre qu’elle en a des chichigomme Globo, la Tia Louissa ! »

Chichote (n . m.) – Bosse. «  Je t’y mets une oranaise qu’après t’as un chichote comme une binagade ! »

Chikem (n. m.) – Rapporteur et mouchard. «  T’es un vrai chikem, toi ! On peut te confier aucun secret ! »

Chiqueu (n.m.) – Coquet. « Baya quel chiqueu il fait çui-là avec ses espargattes neuves ! »

Chiquilla (n. f.) – Jeune fille.

Chiquillo (n. m.) - Jeune homme.

Chirimbolos (n. m. pl.) – Babioles.

Chkoumoune (n. f.) – Malchance. Scoumoune.

Chorba (n. f.) - Soupe arabe. Shorba.

Choreta (n.f.) – Un tout petit peu. « Houye ! Qu’il est bon ! Vas-y, mets moi encore une choreta de ton potaje, moman ! »

Chouïa (adv.) – Un peu. «  Et avec le respect, tu m’ajoutes un chouïa de… politesse, s’il te plait ! Merci ! »

Chouf (v. à l’impératif) - Regarder. « Chouf voir un peu par la fenêtre, si je suis pas là-bas ! »

Churro (n. m.) – Beignet espagnol.

Cipote (n. m.) – Incapable et empoté. « Ayé ! Que cipote, tu fais, toi ! »

Claouis (n. m. pl.) – Les choses de la vie. Testicules. « Tu casses ce que tu veux, où tu veux, mais, mes claouis, tu arrêtes de les casser ! Compris ? »

Coca (n. f.) - Coup dans l’œil. « Tu te tiens à carreau, de suite maintenant, où je te donne fissa, un coca maison ! »

Cocas (n. f. pl.) – Chaussons fourrés aux tomates, anchois…

Coco (n. m.) – Poudre de réglisse pour boisson. « T’y'en a tant que t’en veux chez Louissa, pour pas cher, du coco boer dans les petites boîtes rondes. »

Cogno (n. m.) – Con.

Cojo (n. m.) – Boiteux. « Que j’ te donne un coup de pied à la jambe, que tu vas rester cojo toute ta vie, si t’y arrête pas maintenant, tout d’suite, là ! »

Cojones (n. m. pl.) – Testicules. « No mé rompas los cojones ! »

Comer (v.) – Manger. « Que je peux pas venir, que je dois comer ! »

Compadre (n. m.) – Compère.

Copas (n. f. pl.) – Cartes à jouer espagnoles (coupes).

Corral (n. m.) – Enclos. « La Tia Mathildé, quand elle est pas à vendre son lait, elle est tout l’temps dans le corral, à traire les chèvres de Paquillo. »

Corré y busca (exp.) – Va savoir. « Est-ce que je sais, moi, où il est le bus de la Sotac ?!? Pos, corré y busca ! »

Corter (v.) – Couper. « Entention avec ton canif, mon fils ! La lame elle risque de se dobler et tu vas te corter ! »

Cotché (n. m.) -Voiture. « Le cotché de mon père, à la manivelle il faut le démarrer, le matin. Et dallé qué dallé ! »

Couffin (n. m.) – Panier.

Coup de tête empoisonné (loc. nom.) – Vilain coup. « Toi ! Ma parole, un de ces quatre, j’m'en vais te mûrir d’un coup de tête empoisonné ! »

Coucos (n. m. pl.) – Asticots.

Créponné (n. m.) – Sorbet citron. « Le créponné que mémé elle fait, il est pluss bon que le meilleur de tout le quartier ! »

Dalé, que dalé (exp.) – A coups redoublés. « Et vas-y et vas-y ! Dalé, qué dalé ! T’y arrêtes jamais une seconde, toi ? »

Darrière (n. m.) – Postérieur.

Dar una vuelta (exp.) – Faire un tour. « Tché ! Vamos a dar une vuelta du côté des mûriers ! ».

Délivrance (n. f.) - Jeu.

Désaboutonner (v. tr.) – Déboutonner. «  Désaboutonnes-toi et mets-toi à l’aise, qu’on parle tranquille, une minute ! »

Desgané (exp.) – Dégouté et sans envie. « Que je suis tout desgané de savoir que j’ai encore pas gagné à la ! »

Dessur (adv.) – Dessus ! « Arrête de me crier dessur, comme ça ! »

Destrosone (n. m.) – Maladroit et négligeant. « À un destrosone comme toi, tu veux que je prête ma bicyclette ? Pos, le dérailleur tu vas me l’esquinter en moins de deux ! »

Diguer (v.) – Dire. « Digua mé où c’est que c’est, que je ne m’engagne pas !?! »

Din i mek (exp.) – La religion de ta mère. « J’va t’casser la dinni mek, ma parole si tu continues comme ça, rien qu’à me faire enrager ! »

Dis (interj.) – Marqueur d’interrogation. «  Oh, punaise, Nénico ! Dis, ti as donné un coup de pied à la valise, dis ! Aïah ! L’artiste de music-hall, dis ! »

Djinndjol (n. m.) – Jujube ou ‘châtaigne’. « Notre arrière droit il lui a mis un djinndjol que leur ailier gauche il a vu trente-six mille chandelles ! »

Dormir comme un tronco (exp.) – Dormir à poings fermés. Comme un tronc d’arbre.

Dobler (v.) – Doubler.

Donner le compte (exp.) – Dose bien comptée, de coups. « D’un coup et d’un seul, je vais te donner le compte ! »

Donner sa mère (exp.) – Se battre. « Qu’est-ce que tu viens me gonfler, là ? Lâche-moi un peu ou sinon, je vais te donner ta mère ! »

Douro (n. m.) - Pièce de 5 francs. « Moi, les douros, je les veux très sonnants et trébuchants ! »

Echar a volar (exp.) - S’envoler.

Emboustérias (n. f. pl.) – Mensonges.

Emprunter la montée (exp.) – Prendre la côte par le haut. « Pos, si tu dois venir chez moi, il faut que tu empruntes la montée et quand t’ié en bas, c’est tout droit à gauche ! »

Engagner (v.) – Se tromper. « Tché ! Qu’on dirait que je suis en train de m’engagner de chemin ! »

Engagna muchachos (exp.) – Attrape-couillon. «  Que ce discours plein de promesses qu’il nous à fait, je le sens pas une seconde ! Un vrai engagna muchachos de première ! »

Engantcher (v. tr.) – Accrocher. «  Sois gentil, engantche-moi la veste au clou, là ! »

Entasquer (v.) – Remplir.

Entention (interj.) – Faire gaffe ! « Mon anisette, entention ! Ne me la renverses pas, aussinon, je vais pas pouvoir me la boire ! »

Entraguer (v. tr.) – Avaler de travers. « Pour sûr qu’ils étaient bons tes binuelos ! Sauf que je m’en suis entragué un de travers, que je te raconte pas  ! »

Escabèche (n. m.) – Sauce vinaigrée pour marinade.

Escappa (exp.) – Fuite.

Escalabrer (v.) – Casser.

Escandale (n. m.) – Scandale. « Ma parole d’honneur, que si tu rembourse pas à l’heure, devant tout le monde, à un escandale t’y as droit ! »

Escoba (n. f.) – Balai.

Escoter (n. m.) - Scooter. « Nénico, il en rêve toutes les nuits de son escoter ! Que le casouéla, c’est ce qu’il veut faire! »

Espargattes (n. f. pl.) – Espadrilles ou savates. « Tache un peu à te faire beau et à mettre des espargattes neuves, avant d’apporter les papiers à la mairie ! »

Espartéro (n. m.) – Fabriquant d’espadrilles.

Espazas (n. f. pl.) – Cartes à jouer espagnoles (épées).

Essencia (n. m.) – Essence. « Pos, vous me mettez le jerrican avec de l’essencia, bien-bien jusqu’à raborb ! »

Estaque (n. m.) – Lance-pierres.

Estaffa (n. f.) – Scandale. « Purée l’estafa qu’il m’a fait l’aouélo rien que parce que je lui mis beaucoup d’eau dans l’anisette ! ».

Estocafitche (n. m.) – Morue salée. « Oh ! Je sais pas ce qui ne va pas, si tu manges rien. Tu vas rester maigre comme un estocafitche ! »

Estorbo (n. m.) – Géneur. « Ho, estorbo, quitte-toi de là ! Tu vois pas que je vois pas ! »

Estropajo (n. m.) – Tampon d’alfa servant à récurer. « Frotte, frotte plus fort avec l’estropajo, ma fille, que la vaisselle elle faut qu’elle soit niquelle ! »

Et quoi plus ? (exp.) – Quoi d’autre ? « C’est bien, ta vie, tout l’temps tu la racontes, et quoi plus, tu nous dis ? »

Etre de bouffa (exp.) – Etre ivre.

Euss (pronom) – Eux.

Faire du chiqué (exp.) – Parader. « C’est pas la peine de faire tout ce chiqué pour un but que moi, je te l’arrête les yeux fermés ! »

Faire figa (interj.) – Rater son coup. Flancher. «  Tu croyais faire tant et plus et total, tu as fait figa ! »

Faire figa- molla (interj.) – S’évanouir.

Faire la jaquéqua à quelqu’un (n. f.) – Embêter. «  Houïaya ! Que t’ié sage, toi, quand tu ne nous fais pas la jaquéqua ! »

Faire le boulevard (exp.) - Se promener à deux ou plusieurs.

Faire le plan (exp.) -

Faire tchoufa (loc. verb.) - Se dégonfler. Rater «  Les pétards tous neufs de chez Monsieur Garrau, ils ont tous fait tchoufa ! Pas un il a explosé ! »

Falso (n. m.) - Faux jeton. « T’y arrêtes, espèce de falso, où je t’arrache les yeux de la tête ! »

Fatche (n. f.) – Figure, gueule.

Faire le zouave (exp.) – Clown ou imbécile. «Arrête, arrête un peu de faire le zouave ! Qu’à ma belle-mère tu fais penser ! »

Figure-toi (exp.) - Imagine.

Fissa (adv.) – Vite. «  Allez, vas-y ! Fissa, fissa, y’a urgence ! »

Flouss (n. m.) – Argent.

Force à force (loc. adv.) – Au fil du temps. «  Toi, ma parole, tu vas m’apporter la chkoumoune, à force à force. »

Forchette (n. f.) - Fourchette.

Fourbi (n. m.) – Matériel.

Foyon (n. m.) Merdier.

Francaoui (n. m.) – Français de la Métropole.

Frita (n. f.) – Ratatouille espagnole.

Fûtbal (n. m.) – Football.

Gamate (adj. m . et f.) – Minable et incapable. « Mais t’iais une vraie gamate, toi, sur un terrain de fûtbal, ma parole ! »

Gandoul (n. m.) - Fainéant.

Gantcho (n. m.) - Crochet.

Gantcho-patta (n. m.) – Croche-pied.

Garbana (n. f.) – Flemme.

Gargoulette (n. f.) – Cruche. « Tant va la gargoulette à l’eau de la fontaine, qu’à la fin, elle se casse en mille morceaux ! »

Gatchas (n. f.) - Riz et pattes trop cuites. «  Ce riz que t’ias fait et beaucoup trop cuit, il va faire de la gatchas, que personne, il va se la manger ! »

Gente de la poutcha (expr.) - Gens d’El-Ançor.

Gente de la vaqua (expr.) – Gens de Bou-Sfer.

Gentussa (n. f .) – Groupe de gens sans éducation. « Des connaisseurs de ballon ça ? De la gentussa, sans foi ni loi ! »

Goloso (n. m.) - Gourmand. « Aïe, qué goloso tu fais, mon fils, que des rollicos il va plus trop m’en rester pour le café de la mémé ! »

Golpète (n. f et m.) - Coup. «  Je vais te donner une golpète à toi, que du sousto, tu vas vite retourner chez ta mère, tu vas voir ! »

Gora (n. f.) – Casquette.

Goro (n. m.) – Béret.

Gourion (n. m.) – Moineau.

Gousto (n. m.) – Goût.

Guapa (n. f.) – Belle. « Que tié guapa, ma fille ! Des novios tu dois en avoir une palenqué, non ? »

Guemps (n. m.) – Pet.

Guempser (v.) – Péter.

Guitoune (n. f.) – Tente.

Guoapos (n. m. pl.) – Beaux garçons. «  Sans mentir, vous êtes de loin les plus guapos du village ! Mais de prêt, aussi ! »

Guizao (n. m.) - Ragoût.

Higo de pala (n. m.) – Figue de barbarie. « Les tchumbos, los higos de pala et les figues de barbarie, c’est du pareil au même ! Je dirai même mieux : c’est igual ! »

Hijo mio (n. m.) – Mon fils. « Aïe ! Hijo mio ! Que t’ié beau ! »

Hintché (adj.) – Gonflé. Plein. « Chez Tata Anniqua, on s’est donné une ventrée de rollicos, que tout hintché on était, après ! »

Hombre (interj.) – Homme. «  C’est pas main’nant qu’on est tous ensemble que tu vas partir, hombre ! »

Huerta (n. f.) – Grand jardin.

Igualito (n. m.) – La même chose. « L’apéritif, igualito tu m’en remets le même, s’il te plaît, va ! »

Ir à comer bléas (exp.) – Béguiner. Flirter. « Que je m’en vais faire un tour et que peut-être, mé voy a comer bléas ! »

Jaillulo (n. m.) – Racaille. « Mais d’où il sort, cuilà ? Que c’est un jaillullo avec une éducation de très bas étage ! »

Jaléo (n. m.) - Remue-ménage. Désordre. «  Alors, y l’est pas fini tout ce jaléo ? Que maniana, je me lève avant que le coq il chante ! »

Jarro (n. m.) – Vase de nuit. «  Tant qu’on n’aura pas dans la maison les cabinets, la nuit, dans le jarro, il faut pisser ! »

Javalette (n. f.) – Aile de pigeon, au football. « Avec l’extérieur du pied, il a taper le ballon, que la javalette, elle lui passée par dessus la tête, qu’il a pu rien faire ! »

Je te jure ! (aff.) – Il faut me croire. «  Hé ! Regarde, tu vois ? Cent francs la cravate, j’te jure c’est pas cher. C’est donné ! »

Je te peux (exp.) – Je suis de taille à te rosser. « Viens là, sors dehors, tu vas voir un peu si je te peux ! »

Jeter le bromitche (exp.) – Envoûter. Séduire.

Johé tché (interj.) – Foutre ! Merdre ! « Qu’à la fin, les cacahouettes tu me les casses, johé tché ! »

Jolata (n. f.) – Objet de peu de valeur. Camelote. «  Pas question de porter ces jolatas brillantes et dorées qui font ‘gling’ ‘gling’ ! »

Jornal (n. m.) - Journal.

Jouer à bourriguette (exp.) – Porter sur le dos.

Jouer comme une gamate (exp.) – Jouer comme un pied ! «  C’est pas possible, cet ailier droit, je sais pas d’où il sort, mais il joue comme une gamate ! »

Jouer à de rire (exp.) – Faire semblant.

Juego (n. m.) – Jeu.

Kanoun (n. m.) Petit fourneau en terre.

Kaoua (n. m.) – Café. « Alors ce petit kaoua ? Il vient ou il arrive ? »

Kémia (n. m. collectif) – Amuses gueules très variées. « Moi, à l’apéro, c’est anisette et kémia à gogo ! »

Khobz (n. m.) - Pain.

Kif-kif (loc.) – Pareil. Idem. « Pour les ceusses qui sont pas spécialistes, lanissette Liminana et lanisette Anis Gras, c’est kif-kif bourricot. C’est pas vrai, peut-être ?!! »

Konokoute (exp.) - K. o., knock-out. « Il se retenait, il se retenait et d’un coup il lui a donné une bougna qui l’a mis sur le carreau, dis ! »

Là-bas, si j’y suis ! (exp.) – Voir ailleurs. « Tranquille que je suis ici, que va voir là-bas, si je suis, que plus tranquille je serai encore plus ! »

Ladron (n. m.) – Voleur. « Aïe ! Quel ladron tu fais ! Qu’Ali Baba, il t’embauche s’il te voit ! »

Lagagnes (f. pl.) - Le matin, au réveil, ce qui reste au bord des yeux. « Ne me dis pas que tu t’es lavé la figure ! Regarde un peu les lagagnes que t’i as ! »

Lagagnous (n. m.) – Personne qui a les yeux lagagneux.

Largatija (n. f.) – Petit lézard. Fainéant. « Toi, tu es encore plus gandoul qu’une lagartja endormie ! »

Lampo (n. m.) – Pompe à essence. « Au lampo d’essence tu t’arrêtes qu’on remette un peu de gas oil dans le réservoir, qu’elle doit avoir soif, la voiture ! »

Lanisette (n. m.) - Anisette. « Joer ! Que c’est l’heure de lanisette, non ? Qu’on n’en a pas bu, depuis un bon moment déjà ! »

Lavativa (n. f.) – Lavement. « Que le docteur, il lui inscrit une bonne lavativa, que c’est Josefa qui va lui faire, recta ! »

Lè bès ? (exp.) – Ça va ? « Tu connais, toi, le howdouyou dou arabe ? Cherche pas, ça se dit : lè bès ? »

Létché (exp.) – Merde alors ! « Ho ! Mais laissez-moi passer létché, que j’ai payé ! »

Longanisse (n. f.) – Saucisse rouge. « Que la longanisse de Tasseta, où  »domine le piment rouge qui lui donne sa couleur », comme ils disent dans la publicité, c’est un régal! »

Loubia (n. f.) – Salade de haricots blancs.

Loufer (v.) – Péter.

Macache bono (exp.) – Plus du tout, du tout. « Macache bono les trois olives, y’en a plus du, du tout ! »

Macaguïa (n. p.) – Grande salle de bal et de fête. Ancien lieu de tri et d’emballage de tomates, avant expédition pour ailleurs.

Magnacos (n. m. pl.) – Enfants turbulents. « Aïe, la purée ! Qué castiguos de magnacos ! »

Makach (exp.) – Rien.

Makroud (n. m.) – Gâteau aux dattes. Makrode.

Mala léché (exp.) – Avoir un fond mauvais. « Aregarde moi un peu le dégât qu’il m’a fait ce mala léché à mes géranium, qu’il me les a toutes estropiées ! »

Mala rassa ! (exp.) – Injure. « La mort de tes osses ! Mala rassa ! Si je t’attrape, je mange un œil ! »

Mala sombra ! (exp.) – Enfoiré. «  T’as vu un peu cet mala sombra qu’est-ce qu’il dit !?! »

Mala suerté (exp.) – Manque de chance. « Avec la mala suerté que j’ai toujours eu, si une météorite, elle nous tombe dessus, c’est dans mon jardin qu’elle me tombe ! »

Mal de hojo (exp.) – Mauvais œil.

Manana por la manana (exp.) – Sans doute.

Mancarroba (exp.) – Ecole buissonnière.

Manger à la gora (exp.) – Manger ce que l’on trouve.

Mantecaos (n. m. pl.) – Gâteaux au saindoux avec de la canelle.

Marche la route ! (exp.) – En avant !

Mariposa (n. f.) - Veilleuse. « Qu’à la Vierge Visiteuse, qui va de maison en maison, on lui laisse allumée la mariposa toute la nuit ! »

Marronner (v.) - Faire enrager. « Oh ! Arrête un peu, tu veux, de nous faire marronner depuis tout à l’heure ! »

Mata caïlando (exp.) – Se taire. En sourdine.

Mé cago (interj.) - Merdre. «Mé cago ! Mais c’est pas vrai, ça ! T’es une vraie gamate ! »

Mektoub ! (interj.) – C’était écrit !

Melsa (n. f.) – Rate de veau farcie.

Ménéar (v.) – Remuer. Touiller. «  Que le riz au lait, dans la casserole, n’arrêtes pas de ménéar, si tu veux pas qu’il s’engatche ! »

Méteunant (n. m.) – Maintenant.

Mettre le foyon (exp.) – Pagaille monstre. « Au cinéma, pour mettre le foyon à l’entracte, y’en a qui sont plus que doués ! »

Mettre une datte (exp.) – Geste obcène.

Migas (n. f. pl.) – Plat de mie de pain ou de semoule frite. « Moi, les migas c’est ce que j’aime le mieux. Dommage que la pluie, elle tombe pas beaucoup, par ici ! ».

Mira ! (excla.) – Regarde. « Mira çuilà quel fonfaron ! T’y fait du chiqué avec ton escoter tout chromé de neuf, mais tu n’impressionnes personne ! »

Mira-té ! (exp.) – Figure-toi !

Mira qué bien (exp.) – Certainement, bien sûr. « Vous allez tous en bande aux Pinicos et vous me laissez seul ici, hein !… Mira qué bien, des amis comme ça ! »

Mognato (n. m.) - Patate douce.

Moi de toi (exp.) – À ta place. « Moi de toi, je me méfierai plus que ça de ce gandoul ! »

Moins cinq (loc. adv.) - Pour un peu. « Houïe ! Moins cinq, j’oubliai que c’est ton anniversaire ! Pos, c’est que tu fais pas ton âge, aussi ! »

Monchoron (v.) – Se salir.

Monigotte (n. m.) – Enfant. « Sors de là, sors de là, monigotte

Mona (n. f.) – Brioche oranaise. « À Pâques, à la maison, pas question de tremper autre chose que de la mona dans le grand bol de café au lait ! »

Monecillo (n. m.) – Enfant de chœur.

Morcillas (n. f. pl.) – Boudins à l’oignon.

Mortero (n. m.) – Mortier. « La niora, dans le mortero, bien-bien que tu te l’écrases et que tu la pilles. »

Moya (n. f.) - Chair et nom d’une des tomates cultivée à El-Ançor.

Moyen de moyenner (exp.) – Essayer de faire. « Pas moyen de moyenner, ou quoi ? »

Muerté de hambré (exp.) – Mort de faim. Radin. « Moi, je sais pas trop, mais je crois que je ferai jamais équipe avec ce murté de hambré, pour faire la tournée des bars. »

Nablis (n. m. pl.) – Billes.

Nada namas (exp.) – Rien d’autre. « En tout et pour tout, nada namas, que ton travail t’y auras pour t’en sortir dans la vie ! »

Néna ! (n. f.) - Ma fille !

Néné ! (n. m.) – Pour interpeller familièrement quelqu’un. Petit. « Hola, Néné ! On t’a laissé dormir toute la journée… Profite, profite ! »

Ni fou ni fa (exp.) – Rien à cirer. « Toutes ces histoires des élections et quesse tu veux que ça me fasse ? Passe que si tu veux la vérité, à moi ça me fait ni fou ni fa, ces élections ! »

Niora (n. f.) – Petit piment rouge.

Niquel (n. m.) – Nickel. Parfait. « Ton costume pour la communion, il est niquel-impeccable ! Il te va comme un gant ! Que tié beau là-dedans !»

Noché vieja (n. f.) – Nuit de Noël. « Tu peux toujours rêver, mais à la noché vieja, le Père Noël il est jamais venu ! »

No t’enflamé pétrole (exp.) – Ne t’emballe pas. «  Pas si vite, pas si vite ! No t’enflamé, pétrole ! Celle là, elle est pas pour toi ! »

Novia (n. f.) - Fiancée.

Novio (n. m.) – Fiancé.

Ojo (n. m.) – Oeil.

Oranaise (n. f.) – Coup de tête.

Oreillettes (n. f. pl.) – Petits beignets. « Une vraie merveille, Moman, tes oreillettes ! Que tu les réussies encore plus mieux que Mémé ! »

Oros (n. m. pl.) – Cartes à jouer espagnoles (Pièces d’or).

Osses (n. m. pl.) – Os.

Ou’allah (excl.) Je te jure ! « La vérité, ma parole, ou’allah, je te jure que c’est vrai ! »

Ouallouh (adv.) – Rien. « Toute la matinée sur les rochers à brometcher et ouallouh, rien ! Quand ça veut pas mordre, ça mord pas ! »

Oublie (n. m.) – Gaufre.

Ouesos (n. m. pl.) – Os.

Ouessessico (n. m.) – Os tout petit. « Mira moi, celui là, comme il est tout maigre ! Qu’on dirait in ouessessico de poulet, tché! »

Ou sinon (exp.) – Ou alors. « Dépêche-toi, marche un peu vite, ou sinon  le début des actualités au cinéma, on se les rate ! »

Palenqué (n.f.) – Beaucoup. « Moi, en pleine forme, des buts, je t’en mets une palenqué, des deux pieds ! »

Palissa (n. f.) – Raclée. Fessée. « Ce morveux, les pieds, il me les a cassé tout l’après-midi. Pos alors, je lui ai donné une palissa. Comme ça la prochaine fois, tranquille il reste ! »

Pantcha (n.f.) – Gros ventre. Ventrée. « Si t’avais vu la pantcha de rollicos que je me suis donnée, en douce ! Moman ! »

Pajarillos (n. m. pl.) – Moineaux.

Passe à l’as (exp.) – Passe manquée. Oubli.

Patalon (n. m.) – Pantalon.

Patio (n. m.) - Cour intérieure.

Peasso (n. m.) – Morceau. « Un gros peasso de mona que tu me mets avec le café, sans te commander ! ».

Pégoté (n. m.) - Cataplasme. Emplâtre.

Péléa (n. f.) – Dispute.

Pélota (n. f.) – Balle. Ballon.

Pélotas (n. m. pl.) – Boulettes de viande.

Péquegnos (n. m. pl.) – Petits.

Peuneu (n. m.) – Dégage ou avance. « Arréa peuneu que tu me bouche le chemin ! »

Perdre la figure (loc. verb.) – Subir un affront. «  Que je suis pas homme à perdre la figure. ! »

Philipinne (excl.) – Quand on ouvre une amande et qu’il y a deux graines. « Faut pas que j’oublie, demain matin, d’être le premier à crier ‘Bonjour Philipine’ pour gagner ! ».

Pichaor (n. m.) – Pot de chambre.

Pignol (n. m.) – Noyau d’abricot. Noyau de dattes (à El-Ançor).

Pilon (n. m.) – Bassin ou en bois. Ustensile pour piler. «  Des fois, le bourricot va boire au pilon en faisant du chiqué ! ».

Pincho (n. m.) – Fanfaron.

Pinotcho (n. m.) - Glace à l’eau. « Le marchand, celui qui vient le samedi, des pinotchos à la menthe, à l’anis, il en a pour tous les goûts ! ».

Pinto (n. m.) – Crème capillaire Pento. «  Moi, pluss mieux que la brillantine ou la gomina, c’est du pinto que je m’entasque sur mes cheveux ! ».

Piojos (n. m. pl.) – Poux.

Piroulis (n. m.) – Sucettes. « De toutes les couleurs, il y en a des piroulis, chez la Tia Louissa, que tu sais pas trop lequel choisir ! ».

Pitchac (n. m.) – Jeu avec rondelles de caoutchouc.

Pito (n. m.) – Voix forte ou aigue. Sifflet. « Crie pluss doucement, toi ! Que tu as un de ces pitos ! On dirait qu’on égorge le cochon ! »

Pluss (adv.) – Plus que.

Polétique (n. m.) – Politique.

Poquico (adv.) – Petit peu. Certainement pas.

Portalico (n. m.) – Pas-de-porte. « Viens t’asseoir sur le portalico pour prendre le frais ! »

Porta-monnaie (n. m.) – Porte-monnaie.

Pos (interj.) – Eh bien ! «  Pos… à voir, si tu me laisses passer que je me marche la route ! »

Pos mieux (exp.) - Et bien, il vaut mieux ! « S’il va travailler dans le jardin de l’aouelo, pos mieux ! Comme ça, ça va lui apprendre que la terre elle basse ! »

Potager (n. m.) - Espace de travail à côté de l’évier. « Pos, pour la vaisselle, ma mère elle entasse tout sur le potager, avant d’attaquer ! »

Potajé (n. m.) – Grosse soupe de légumes, couenne et boudin. « Que le meilleur potajé que j’ai mangé c’est celui de Mercédes, à la cantine de l’école, avec les blettes et tout ce qu’il fallait ! »

Pougnetta (excl.) – Diable ! « Aïe ! Pougnetta ! Tu m’énerves, là ! Bien, bien ! »

Poutchéro (n. m.) - Pot au feu. « Le poutchéro de Noël, c’est celui où ma mère elle s’applique le plus, avec des pelotas sans pareilles ! »

Prendre la patate (exp.) – Défaite mémorable.

Pulmonie (n. f.) – Pneumonie. « Aïe ! Que pour la pulmonie, quand je l’attrape, vinga qu’avec du tio bigotté on me frictionne ! Houlà que ça chauffe ! ».

Purée ! (excl.) – Punaise ! «  Purée, ma parole, moins cinq je meurs… Du sousto que tu m’as fait ! ».

Quatre chemins (excl.) – Croisement. « Je te le dis tout net ! Je n’irai pas aux quatre chemin pour t’expliquer ce que tu dois savoir de par toi-même ! ».

Quantesse (inter.) – Quand ? «  Quantesse que tu viens nous voir une autre fois ? ».

Qué asquo ! (excl.) – Quel dégoût ! «Aïe ! Qué asquo ! Quelle dégoûtation, ma fille ! Du camembert attaqué par les coucos du monde entier ! ».

Qué barbaridad ! (exp.) – Quelle horreur, avanie, sottise.

Qué lata ! (exp.) – Quelle fatigue !

Quitter (v.) - Enlever. « Hé, gandoul, tu gêne, là ! Quitte un peu de devant moi ! »

Rabia (n.f.) – Rage. Colère. « Si tu continues comme ça, la rabia elle va me prendre et obligé, je te mets une oranaise que tu reste par terre ! »

Ramdam (n. m.) - Excès de bruit. « Qué ramdam ! Vous pouvez pas crier pluss douc’ment, vous z’autres ! »

Ralouf (n. m.) – Porc.

Rampujon (n. m.) - Poussée dans le dos.

Raspa quéso (exp.) - Gratteur . Fauché. « Un vrai raspa quéso çuila, de sa poche jamais je l’ai vu sortir ni un sou, ni une allumette ! »

Rastrar (v.) - Traîner par terre.

Rastro (n. m.) – Trace.

Rata (n. f.) - Souris.

Rebolica (n. f.) – Agitation. Révolution. Vacarme. « J’ai pas besoin, moi, à l’heure de la sieste, d’entend’ tous ces cris et d’avoir cet’ rebolica, tché ! ».

Rébouliquer (v.) – Révolutionner. « Entention, hein ! L’équipe elle joue bien comme ça, tu me la réboulique pas, Néné ! »

Réfalon (n. m.) - Glissade. «  Du haut des escaliers de la mairie, il s’est payé un réfalon de champion, qu’un peu plus il se tue ! »

Rémolino (n. m.) – Mèche de cheveux, rebelle.

Répisco (n. m.) - Pincement. « Qu’il faut que t’y arrête avec les répiscos, qu’après je suis toute bleue de partout ! »

Reschma (n. f.) – Honte.

Rhalouf (n. m.) – Porc. Cochon. « Tout est bon dans le ralouf sauf si ta religion t’interdit de trouver ça bon! »

Rhamdoullah ! (excl.) – Louange à Dieu! Souhaits ! Que ça te profite !

Ronda (n. f.) – Jeu de cartes espagnoles.

Rosicas (n. f. pl.) – Pop-corn.

Saco (n. m.) – Sac.

Sambomba (n. f.) - Petit tambour percé d’un petit trou. « A Noël, à la Noché Vieja, pour mettre le foyon, la sambomba avec quelqu’un qui sait en jouer, y’a pas mieux ! »

Santico (n. m.) – Petit saint. « Qué santico, on a là ! Que le Bon Dieu, presque sans confession, on lui donne… Mais, entention, prudence ! »

Saragata (n. f.) – Tapage, chahut, embrouille. « À cause de cet arbitre, je te laisse imaginer la saragata qui s’est formée du côté des vestiaires, à la mi-temps ! »

Sarha (excl.) – Merci.

Sarouel (n. m.) – Pantalon.

Schkoun ada? (interj.) – Qui est-ce ? « Schkoun ada? Qui c’est cuilà ? Et d’où je le connais ? »

Sécatrice (n. f.) – Cicatrice.

Se la repeller (exp.) - Chacun pour soit. «  Dites ! Ne croyez pas que je vais faire la vaisselle de tout le monde ! Ici, chaqu’un il se la repelle ! »

S’enfader (v.) – Se vexer.

Sin verguenza (exp.) – Sans vergogne. « Pof ! Pour qui il se prend ce sin verguanza qui veut nous passer devant sans nous demander la permission ! »

Sipia (n. f.) – Seiche.

Si poco (exp.) – Pour un peu. « À faire le casuela sur une moto trop grosse pour moi, si poco mé mato, tché ! »

Sipoté (n. m.) - Abruti. « Ne cherche pas. Plus sipoté que lui dans le village, je vois pas ! »

Sisca (n. f.) - Baraque en chanvre. « Que le cheval de faim, la sisca, il se la manger ! »

Sloughi (n. m.) – Lévrier arabe. « A l’aile, le nouveau, qu’est-ce qu’il court pas doucement, dis ! Et en plus, il est maigre comme un sloughi ! »

Socato (n. m.) – Gaucher. « Au ballon c’est pas un champion, on dirait qu’il est socato des deux pieds en même temps ! »

Soi-disant que (exp.) - Sous prétexte que.

Sorgho (n. m.) – Ligne protectrice. « Les tomateros utilisent des sorghos comme coupe-vent pour protéger leur plantation. »

Sortir la figure (exp.) – Défendre quelqu’un.

Soubressade (n. f.) – Saucisse sèche rouge et un peu piquante.

Soupes de fêves (exp.) – Va au diable. « Si t’ies pas content va t’faire cuire une soupe de fêves ! »

Sousto (n. m.) - Peur. «  Qué sousto !… Mama mia. T’iais fou ou quoi de me faire un sousto pareil ? »

Stack (n. m.) – Lance-pierre.

Strounga (n. f.) – Musique. Explosion.

Supion (n. m.) - Petit calamar.

Tailler la route (exp.) – Vite, échappe-toi ! «  Vite ! Scapa ! Taille la route que Mayouya y t’a vu ! »

Tafanar (n. m.) – Popotin. « Celle-là, là ! Elle a un de ces tafanars !… Un appel au peuple, que c’est ! »

Tannée (n. f.) – Une raclée. « On s’est pris une de ces tannées ! que vu comme on a joué que c’est pas volé, va ! »

Tapée (exp.) – Beaucoup. « Moi, les pompes, j’en fais ! une tapée, je m’en fais ! Si c’est pas même une tripotéee ! »

Tapes cinq ! (excl.) – Geste de complicité avec les cinq doigts de la main.

Taquet (n. m.) – Coup au visage.

Targuetta (n. f.) – Verrou. « Avérifie encore un peu, que je sais pas si la targuetta elle est bien mise ! »

Tarambana (n. m.) – Farfelu. Dérangé. « Ton équipe de ballon, là, rien que des tarambanas, on dirait ! »

Tartana (n. f.) - Vieille voiture. « Ton père c’est pas un vieux tacot qu’il a, c’est une tartana ! Que même dans les descentes, elle n’avance pas ! »

Tartarosso (n. m.) – Bégayeur. «  Cuilà, quand il parle, c’est pire qu’un tartarosso… Même pas un boutijosso, il le comprend ! »

Tataraouéla (n. f.) – Arrière-grand-mère. «  Ma tataraouéla, tellement elle était pas jeune que j’ai pas pu la connaître. »

Tchaffer (v.) - Ecraser, abîmer. «  Tention, ché ! Que vous voyez pas que vous êtes en train de tchaffer toutes mes figues ! »

Tchalao (n. m.) – Ravi. Enchanté.

Tchalé (adj.) – Content, heureux. « Y t’faut pas grand-chose à toi pour être tout tchalé, hein ? Mon couscoussier, je t’offre et ça t’suffit, non ? »

Tchamba (exp.) – Coup de chance. « Que je sais pas comment tu t’es pris, que sur ce coup là, c’est un coup de tchamba ! Que même toi, tu n’es pas encore revenu, s’pas vrai ? »

Tchanclettes (n. f. pl.) – Nu-pieds.

Tchancla (n. f.) – Savate « Pos, qu’est-ce que tu fais à tirer comme une tchancla ?!? Que Lachaud, pour les coups-francs, c’est vraiment pas toi ! »

Tchapé (exp.) - Pour faire fuir un chat, au retour de la pêche. « Tchapé gato qué té mato con la punta del zapato ! »

Tchapette (n. f.) – Parlote. « Avec la tchapette du soir au matin, celle-là, la langue elle doit l’avoir bien pendue ! »

Tchapourlao (n. m.) – Le Parler d’Oranie. De l’espagnol, chapurrar : baragouiner. « Ho ! Qu’est-ce tu comprends pas dans ce que je te dis ? Tchapourlaer, c’est pas pour le premier venu ! »

Tchapourrao (n. m.) – Mélange.

Tcharrer (v.) – Bavarder.

Tchatche (n. f.) – Parlote interminable. « Tout l’temps tu me fais la tchatche, mais jamais t’y lêve le petit doigt ! T’as le bras cassé, ou quoi ? »

Tchato (n. m.) – Avoir le nez écrasé.

Tché ! (exp) - Hé !

Tchica (n. f.) – Jeune fille.

Tchico (n. m.) – Jeune homme.

Tchichara (n. f.) – Cigale.

Tchiflao (n. m.) – Cinglé. Simplet. Etourdi. « C’est pas vrai ! Péro estas complétamenté tchiflao, ma parole ! »

Tchincha la fava (exp.) – Monter sur les épaules. « Donnes-y moi un coup de main, là ! Fais-moi tchincha la fava, va, que je veux voir par-dessus le mur si ya du monde ! »

Tchispa (n. f.) – Cuite. « Bah ! Bah ! Bah ! La tchispa que tu te tiens, mon ami ! T’as encore fait la tournée, de chez Milou à Mazzanini ! »

Tchorraïca (n. f.) – Petite goutte. « Oui, bien sûr que j’en veux bien de ton café, mais juste une tchorraïca! »

Tchouchouka (n. f.) - Ratatouille.

Tchoufa (exp.) - Se dégonfler. Raté. « Sur les cinq pétards achetés chez Monsieur Garraud, quatre y ont fait tchoufa ! Qué reshma ! »

Tchoupon (n. m. et f.) – Mouchard. Fayot. « Quel tchoupon tu fais ! Que c’est une honte d’être fayot comme ça ! »

Tchoumbo (n. m.) – Figue de barbarie. « A regarde-moi, c’lui là, le tchoumbo que c’est ! »

Tchupar (v.) – Sucer, lécher.

Téléphone arabe (n. m.) – Moyen oral de transmettre une info. « Chut ! Crie plus doucement que toute la cour, avec le téléphone arabe, elle va savoir ce qui se passe par ici ! »

Tio (n. m.) – Oncle ou type. « Baya ! Qu’est-ce qui lui prend à ce Tio ?  Que je lui ai rien dis de mal ! »

Tia (n . f.) – Tante ou commère.

Tomatero (n. p. m) – Artisan généraliste en travaux des champs de la Plaine des Andalouses, expert en tomates de qualité.

Tomatera (n. p. f.) – Femme du Tomatero experte en frita et en tomates bien mûres.

Tomber de cul (exp.) – Avoir honte.

Tonta (adj.) – Idiote.

Tonterilla (n.f.) – Bêtise.

Tonto (adj.) – Bête, idiot. « Mais qu’est-ce que tu peux être tonto, quand tu t’y mets ! »

Torraïcos (n. m. plu.) – Pois-chiches grillés et blanchis. « Hechmi, ses torraïcos il te les emballe dans des cornets en papier du journal, que Dieu sait de quel jour il est ! »

Torta (n. f.) - Galette.

Torto (n. m.) - Tordu.

Total ! (interj.) – En fait ! « Toi, toujours tu m’dis que tu vas m’payer l’anisette, chaque fois que tu me vois. Total ! C’est toujours moi, qui casque ! »

Touron (n. m.) – Nougat espagnol.

Trabajo moro (exp.) – Travail mal fait. « Què catastrophe ! Un vrai trabajo moro que tu m’as fait là, que c’est pas beau à voir ! »

Trago (n. m.) – Gorgée. « Derrière cette morcilla, un trago de vino et on reprend la route ! »

Traguer (v.) – Avaler.

Trampas (n. f. pl.) - Embrouilles.

Tramposo (n. m.) – Tricheur.

Tramuso (n. m.) – Lupins.

Trastorné (adj.) – Déboussolé. « Je suis toute trastornée avec tous ces changements qu’ils font dans la rue. Que, à mon avis, c’était pas bien la peine, de tout changer! »

Tratos (n. f. pl.) – Fripes.

Tripotée (n. f) - Quantité.

Tu l’as ! (excl.) – Touché, à chat perché. Jeu.

Va de là ! (exp.) – Dégage. « Allez, va de là avec tes emboutérias à quate sous ! »

Vamos ! (exp.) - Aller. « Tonton Pasqualico que rien qu’il veut aller tout le temps quelque part, ou quoi ? Avec tous ces vamos, à tout bout d’champ ! »

Vamos à morsar ! (exp.) – Allons casser la croûte !

Variantes (n. f. pl.) – Petits légumes au vinaigre. « Pos qu’au moins, au Bar Esclapez-Canto pour la kémia ils ont mis des variantes, que ça nous fait plus le choix ! »

Vergogna (n. f.) - Honte.

Vesqué (adj.) – Vexé.

Vinga ! (exp.) – Allez !

Yasta (excl.) – Ça y est ! « À la fin, yasta ! Les vacances, elles ont fini par arriver ! »

Yaya (n. f.) – Grand-mère.

Yo qué sé (exp.) – J’en sais rien. « Alors là ! Yo qué sé, moi, quand il va revenir J’Arrive ! »

Yoronne (n. m.) – Pleureur. « Si tu veux bien, espèce de yoronne, m’oublier une bonne fois pour toute avec tes histoires de famille ! »

Zalumèdes (n. f. plur.) – Allumettes. « Dis, t’as les zalumèdes sur toi que j’allume un peu le feu qu’on se fasse griller la longuanisse ? »

Zapatero (n. m.) – Cordonnier. « Pépico, en plus qu’il arrange bien les chaussures en tant que zapatero, qu’est-ce qu’il fait bien le chanteur ! »

Zéro mata zéro (exp.) – Archi nul. « Ton cousin, à la ronda, çà a été comme d’habitude, zéro mata zéro ! C’est quand qu’il va apprendre à jouer aux cartes, çuilà ? »

Zlabia (n. f.) – Gâteau au miel.

Zocato (adj.) – Gaucher ou maladroit. « Toi, au futbal, non seul’ment tïé zocato, mais en plus tïé zocato des deux pieds ! »

Zoubia (n. f.) – Camelotte.

Ne dites pas…

Evitez les comparaisons risquées. Ne dites pas : « Me cago la mar ! La pougnette de toi ! », et autres expressions qui ne sont pas admises par le dictionnaire de l’Académie.

Ne dites pas : « J’ai toujours mon estacque avec moi. » Dites : « J’ai l’arme absolue dans ma giberne. »

Ne dites pas : « Si j’ai soif, pos, un trago à ma gargoulette, qui ne me quitte pas, et yasta ! » Dites : « J’étanche ma soif avec parcimonie. »

Ne dites pas : « Pour taper dans le ballon, on est toujours une chiée plus quinze ! » Dites : « Nous formons un onze de première force, avec quelques remplaçants de grande valeur ».

Ne dites pas : « J’aime mieux le derrière du poulet, que l’aile du poulet. » Dites : « Je n’aime que les plaisirs délicats. »

Ne dites pas : « Que je vais t’en donner une que le mur il va t’en donner une autre ! » Dites : « Je suis nerveux en ce moment. »

Ne dites pas : « Hijo de puta ! » Dites : « Mon cœur. »

Ne dites pas : « Entre mes repas je ne bois que de l’agua limon. » Dites : « J’ai un régime spécial vitaminé, désaltérant. »

Ne dites pas : « Les romans à l’eau de rose m’emmerdent, plus qu’un peu. » Dites : «  Je voudrais quelque chose d’intéressant à lire. »

Ne dites pas : « Je vais caguer à la vigne. » Dites : « Je vais revenir. »

Ne dites pas : « Arrête un peu de tcharrer avec ton copain, qu’on fait rien qu’à t’attendre ! » Dites : « Trêve de bavardage, cher ami, ma soupe est bientôt froide. »

Ne dites pas : « Joher, fait entention… Que tu m’as assousté ! » Dites : « La peur est un état traumatisant ! »

Ne dites pas : « Toi, continue de faire le zouave, et une boféta que je te donne ! » Dites : « A faire le pitre, un soufflé on mérite ! »

Ne dites pas : « Quand j’aurai du poil aux pattes. »  Dites : « Quand je serai grand. »

Ne dites pas : « Que si je me suis enquivoqué, de ta faute que c’est ! T’y avais qu’à me laisser faire tout seul . » Dites : « J’aime me tromper, sans l’aide de quiconque que ce soit. »

Ne dites pas : « Si tu veux, jusqu’à Tataouine-les-Bains tu peux y aller ! Comme ça, tranquille je reste. » Dites : « Si un voyage d’agrément au diable te sieds, n’hésite pas un seul instant. »

Ne dites pas : « Quess t’as dans les yeux, t’es bizouche ou quoi ? » Dites : « Bien voir n’est pas ton fort, n’est-ce pas ? »

Ne dites pas : « Arrancaté dé aqui… Sinon la tête, je te l’explose ! » Dites : « Ailleurs est un espace plus pacifique que ces lieux, à visiter toutes affaires cessantes ! »

Ne dites pas : « Si ton père il est pas vitrier, sors de là, que tu me gâches le paysage ! » Dites : « Ce panorama est une merveille, à nos yeux ébahis ! »

Ne dites pas : « Ne l’écoute pas cuilà ! Plus boloso que lui, y’a pas ! » Dites : « C’est un adorable menteur. »

Ne dites pas : « La mort de tes osses ! » Dites : « Reste en vie, le plus longtemps possible. »

Ne dites pas : « Il m’a traité de gamate. Je lui ai donné sa race ! » Dites : « Nous avons échangé quelques impressions. »

Ne dites pas : « Arrête de dire des tontérias, que tu vas me faire pisser de rire. » Dites : « Si tu le veux bien, faisons un arrêt détente à Cambrai, dont la bêtise est la spécialité. »

Ne dites pas : « Hé, moman, tu me donnes des sous pour acheter des cacamonies ? » Dites : « Il me serait plaisant, très chère maman, d’avoir quelque argent à échanger contre d’intéressantes et d’indispensables décalcomanies, très en vogue en ce moment. »

Ne dites pas : « Holla, gandoule ! Où tu vas comme ça ? Au lampo d’essence où quoi ? » Dites : « Ho ! Là ! Cher ami, le cours du carburant étant fluctuant, en ce moment , tu te presses, n’est-ce pas, à faire le plein à la station service la plus proche ? »

Ne dites pas : « Aïe, le povre de mon mari ! A tirao las patas esta manana. » Dites : « Dieu , ce matin, a rappeler mon défunt mari, à ses côtés. »

Ne dites pas : « Les yeux de la tête, il me reste plus, que pour pleurer des larmes. » Dites : « Un chagrin immense m’envahie et m’anéantie. »

Ne dites pas : « Regarde Néna, comment elle est fagotée, celle-là ! Une vraie miramée y no mé toqués ! » Dites : « Dans ses habits du dimanche, la sainte Nitouche, de loin, on ne fait que l’entre apercevoir. »

Ne dites pas : « Hijo ! Diguamé où c’est que c’est ? » Dites : « Soyez assez aimable, pour m’indiquer la direction à prendre. »

Ne dites pas : « Attends, attends ! Chouffe voir un peu ! » Dites : « De plus près, sans plus attendre, de nos grands yeux, analysons la situation. »

Ne dites pas : « C’est quoi que c’est ? » Dites : « Je m’interroge sur certains mystères qui me dépassent. »

Ne dites pas : « Ho ! T’y as vu un peu la borrachéra qui se tient çuila ? » Dites : « L’ivresse est un spectacle qui nous interpelle. »

Ne dites pas : « Espèce de bovo, ton compte je te le donne, quand tu veux ! » Dites : « Cher ami et collègue, en toute occasion, pour un coup de main,  sur moi, vous pouvez vous fier ! »

Ne dites pas : « Vas ! Vas te faire cuire une soupe de fèves ! » Dites : « A la Tour d’Argent, nous sommes conviés à un apéritif dînatoire, veux-tu bien te joindre à nous ? »

Ne dites pas : « Pos baya !… Que t’ié délicat, toi ! » Dites : « Dieu, est-ce possible cette incapacité notoire qui t’accable et qui t’empêche de goûter au meilleur de la vie  ! »

Ne dites pas : « La pougnètte, tché ! Que  j’arrive pas à l’ouvrir cette porte ! » Dites : « Césame, ouvre-toi ! »

Ne dites pas : « Encore une fois, j’ai fait tchoufa ! » Dites : « Je me dégonfle, je réduis à néant, je m’effondre ! »

Ne dites pas : « Houye ! Je m’en suis donné une bonne pantcha de ton gaspatcho ! » Dites : « De ce plat si délicat, je me suis régalé pour un long moment ! »

Ne dites pas : « En ce moment, je fais que des cagades ! » Dites : « Les sottises sont à l’ordre du jour ! »

Ne dites pas : « J’ai l’œuf, là, à cause de toi ! » Dites : « Ma bouderie est légitime ! »

Ne dites pas : « Si on gagne aux billes, on fait mitch-mitch, d’ac ? » Dites « A l’issue de notre victoire pronostiquée, un partage équitable est programmé ! »

Ne dites pas : « Que le cul me tombe et que ma langue, elle roule par terre ! » Dites : « J’en reste, coi ! »

Ne dites pas « T’i as pas un peu fini de raconter des bolas, à tout bout de champ, dis ? » Dites : « A la longue, tes propos creux finiront par ennuyer ton interlocuteur le plus assidu ! »

Ne dites pas : « Vas chez ta mère, vas ! » Dites : « Une maman, on n’en a qu’une, c’est un plaisir, à tout moment de lui rendre visite ! »

Ne dites pas : « Je n’arrête pas de sortir les trastos viejos ! » Dites : «  Le Hit Parade ressasse, en flux tendu, ses vieilles rengaines nostalgiques ! »

Ne dites pas : « Wouah ! T’i as donné un coup de pied à la valise, ma parole ! » Dites : « Tes habits neufs te vont à ravir ! »

Ne dites pas : « Que je m’avale la tomate, là ! » Dites : « J’essuie une humiliation complète et totale! »

Ne dites pas : « Avance en arrière ! » Dites : « Comment veux-tu que je recule ? »

Ne dites pas : « Que je vais fissa, au barbero ! » Dites : « De ce pas rapide, je me propulse chez le capilliculteur ! »

Ne dites pas : « C’est à se la prendre et à se la mordre ! » Dites : « Je ne fais rien de cette belle énergie qui m’habite ! »

Ne dites pas : « Tu es une vraie zoubia finie ! » Dites : « Certes, bien qu’elle ait été quelque peu cruelle avec toi, la vie te réserve des lendemains emplies de poésie ! »

Ne dites pas : « Un escandale devant tout le monde que je te fais ! » Dites : « Notre différent sera évoqué, en première instance et en toute impartialité, devant des juges compétents ! »

Ne dites pas : « Qué azco ! Quelle dégoutation ! » Dites : « C’est une cuisine très évoluée, forte en goûts et en saveurs, que je n’apprécie, cependant, que très modérément ! »

Ne dites pas : « Me cago la leche ! » Dites « Non ! Certes non ! Pas question de boire du petit lait, je suis très irrité ! »

Ne dites pas : « Que lastima de mi hijo ! » Dites « Mon fils, mon enfant, ma merveille… Riche et glorieux soit son avenir ! »

Les commentaires sont fermés.